dimanche 23 avril 2017

Les films préférés de... Denise Filiatrault

Il y a peu d'institutions au Québec comme Denise Filiatrault, qui a tourné avec les plus grands (Carle, Arcand, Beaudin, Sautet, Dolan) tout en réalisant (Laura Cadieux, Ma vie en cinémascope). Je l'ai rencontré pour la sortie du film C'est le coeur qui meurt en dernier (mes entrevues sont ici et ) et je lui ai demandé quels étaient ses films préférés. Voici sa réponse...

« J'ai adoré Le Parrain. Je le regarde à chaque fois qu'il repasse à la télé. Je l'ai vu à sa sortie. C'était comme ma bible au point de vue scénario, musique, le jeu des acteurs. J'ai adoré!

Un film qui m'a marqué beaucoup, c'est Jeux interdits de René Clément. Ça m'a marqué beaucoup, beaucoup, beaucoup. Brigitte Fossey je l'ai rencontré plus tard à Cannes. J'y suis allé trois fois: pour La mort d'un bûcheron, Il était une fois dans l'Est et ensuite Fantastica. Elle était assise à côté de moi et j'étais tellement impressionnée. C'était la petite fille de Jeux interdits! Ça m'a marqué beaucoup, beaucoup. »

Film du jour: Tokyo-Ga

On sent une réelle admiration pour son sujet lorsque Wim Wenders fait un documentaire sur Yasujiro Ozu. En plus de suivre les traces de son mentor dans son très bel essai Tokyo-Ga, le cinéaste allemand poursuit ses obsessions tout en prenant le pouls de cette ville qui était déjà unique et incroyable en 1985. Un portrait kaléidoscopique et plein de surprises d'un art déjà en pleine mutation, qui invite au voyage et au recueillement. ****

samedi 22 avril 2017

Entrevue L'autre côté de novembre

Film québécois abordant le déracinement, la mémoire et les choix de vie, L'autre côté de novembre est réalisé par Maryanne Zéhil et il met notamment en vedette Pascale Bussières. Je me suis entretenu avec la cinéaste et l'actrice et le fruit de mes entrevues se trouve dans les pages du Journal Métro.

Film du jour: Two Lovers

Alors qu'on peut enfin découvrir l'intriguant The Lost City of Z sur nos écrans, revenir à l'essence du cinéma de James Gray est une nécessité. Surtout en s'initiant à nouveau à Two Lovers, qui demeure probablement son meilleur film en carrière. Il s'agit de son oeuvre la plus touchante et la plus intime, sur un amour avorté, où le soin apporté à la mise en scène et à l'interprétation atteint des sommets. C'est du plaisir constant pour les sens et l'âme. ****

vendredi 21 avril 2017

Sorties au cinéma: The Lost City of Z, Maudie, David Lynch: The Art Life, Colossal, Their Finest, L'autre côté de novembre, Cézanne et moi, Raid dingue

Pour une rare semaine sans gros films américains, les productions plus modestes abondent.

Il faudra en profiter pour aller voir The Lost City of Z de James Gray, une oeuvre ambitieuse se déroulant dans la jungle. Techniquement c'est merveilleux et malgré quelques petits bémols (au niveau de l'émotion, du rôle principal), il s'agit d'un opus de qualité supérieure. ***1/2

La vie de la peintre canadienne Maud Lewis est le sujet d'un long métrage. Très bien interprété par Sally Hawkins et Ethan Hawke, Maudie d'Aisling Walsh souffre de quelques répétitions et d'une mise en scène pas trop éloignée du téléfilm. La sensibilité est toutefois au rendez-vous, ce qui fait un bien fou. ***

Documentaire sur l'enfance du célèbre cinéaste, David Lynch: The Art Life de Jon Nguyen, Rick Barnes et Olivia Neergaard-Holm demeure un objet de curiosité, un brin superficiel mais assez passionnant dans son désir de montrer tout ce qui a pu forger son univers démentiel. ***

Colossal de Nacho Vigalondo ne manque pas d'originalité dans sa façon de combiner film de monstres et quête existentielle. L'ensemble se dégonfle toutefois assez rapidement et le scénario verse régulièrement dans la facilité. **1/2

Rien ne dépasse de Their Finest de Lone Scherfig, un élégant drame historique sur des documentaristes pendant la Seconde Guerre mondiale. Les intentions sont claires, nobles, sauf qu'on s'y ennuie assez rapidement tant le récit sent la formule à plein nez. **1/2

Bien que maladroit dans son désir de parler d'identité, de mémoire et de choix de vie, L'autre côté de novembre de Maryanne Zéhil permet néanmoins d'aborder des thèmes importants et de rappeler qu'Arsinée Khanjian est toute une actrice. **1/2

Il est parfois difficile de prendre au sérieux Cézanne et moi de Danièle Thompson, ce drame ronflant sur l'amitié entre le célèbre peintre et Émile Zola. Les accents et les fausses barbes sont terribles, alors qu'on a le sentiment que le script ne fait que reprendre les passages obligés de Wikipédia. **

Les fans du cinéma de Dany Boon seront comblés par Raid dingue, qui se moque des comédies policières des années 80.  Les autres tenteront encore une fois de comprendre comment ces inepties peuvent être si populaires en France. **

Film du jour: Videodrome

Pendant trois jours, le Cinéma du Parc rediffuse Videodrome, ce film culte de David Cronenberg. Comme toujours chez lui, la technologie finit (littéralement) par avaler l'humanité au sein de scènes incroyables qui marqueront les esprits à jamais. Entre vrai et faux, le long métrage refuse de choisir, préférant au contraire faire vivre aux cinéphiles une inoubliable aventure avant-gardiste qui donnera seulement le goût de se débarrasser de son téléviseur. ****

jeudi 20 avril 2017

Film du jour: I'm Not There

Le remarquable I'm Not There de Tood Haynes fête son 10e anniversaire. Le Cinéma du Parc a eu l'excellente idée de le repasser et il ne faut pas le rater. On ne se tanne pas de revoir cet illustre anti-biopic sur Bob Dylan. Les identités du musicien virevoltent à l'écran, empruntant différents chemins  cinématographiques qui multiplient les hommages à Fellini et Malick. Une oeuvre d'art inusable et obsédante, où il est bien d'aller se perdre. ****1/2